Trek de l’Annapurna Base Camp

N’écoutant que notre courage, nous sommes partis en trek avec un guide (Ranjit) et sans porteur dans les Annapurna. Il s’agit d’un des massifs les plus élevés de l’Himalaya dont le plus haut sommet, l’Annapurna I, culmine à 8 091 m (le 2ème plus haut sommet du monde après l’Everest)

Pour résumer : on en a chié mais c’était magnifique !

Initialement de 9 jours avec passage par le camp de base des Annapurna (4 130 m), nous avons écourté notre trek d’un jour à cause de différents problèmes : douleurs au dos, intoxication alimentaire, fatigue et peur d’avoir le mal d’altitude pour Elsa (les hélicoptères allant chercher tous les matins des touristes malades n’ont pas été d’une grande aide).

Quelques chiffres

  • 8 jours de marche
  • 3 210 m l’altitude du point le plus haut atteint
  • Une dizaine de ponts suspendus traversés (malgré notre vertige)
  • Un nombre incalculable de marches montées et descendues
  • 300 000 “oh la vache” de la part de Elsa, “ça va aller” de la part de Vincent et “it is quite easy” de la part de notre guide
  • 32 litres d’eau bus et 20 barres de céréales dévorées
  • 2 douches (oui on a été un peu cracra… et radins 😉 )
  • 1 légère intoxication alimentaire
  • 1 chute (rien de grave)
  • 6h30 – 20h nos heures habituelles de réveil et de coucher (à l’exception d’un jour où le réveil fut à 4h30)
  • 6 mots fléchés complétés et 1 livre lu

Les grandes questions

Où dormions nous?

Dans des “lodges” (Tea House) choisis par notre guide où nous avions notre propre chambre et des salles de bains communes. Bien sûr rien n’était chauffé et nous y réfléchissions à deux fois avant d’aller aux toilettes la nuit 🙂 .

Quels animaux avons-nous rencontrés ?

Des buffles, des vaches, des singes, des chèvres, des corbeaux, des chiens… Notre seul regret est de ne pas avoir croisé de Panda (mythe ou réalité? il parait qu’il y en a près du village de Bamboo).

Que mangions-nous ?

Il nous fallait beaucoup d’énergie pour tenir le coup pendant la journée. C’était donc patates et œufs au petit déjeuner, et féculents à gogo pour les autres repas. On vous donnera plus de détails bientôt dans un article dédié à la nourriture Népalaise.

Que faisions-nous quand nous ne marchions pas ?

On a rencontré beaucoup de touristes venus du monde entier pour découvrir le Népal (Chinois, Français, Brésilien, Américains…) avec qui nous avons plus ou moins sympathisé. Notre guide nous a appris un jeu de cartes Népalais (le dhumbal), Vincent l’a même battu le dernier soir (esprit de compétition quand tu nous tiens…). Nous avions également ramené mots fléchés et liseuse pour les moments plus calmes.

Quels conseils pour les futurs trekkeurs ?

Les pilules “Micropur” (qui désinfectent l’eau) nous ont sauvés la vie et nous ont permis de faire des économies. Il est toutefois possible de trouver de l’eau potable dans la plupart des lodges moyennant quelques roupies. N’oubliez pas d’emmener des rouleaux de papier toilette, les Népalais préférant utiliser un seau d’eau.

Nos sacs à dos étaient trop lourds (10-12 kg chacun), nous avons regretté d’avoir pris trop de matériel électronique et de vêtements. N’emportez que le nécessaire, vous serez crades de toute façon 🙂 .

Si vous décidez de prendre un porteur en plus du guide pensez un peu à lui. On a vu des porteurs avec plus de 30 kg ou des valises à roulette sur le dos, certains touristes n’ont vraiment aucune pitié !

Emportez des équipements chauds (doudoune, sac de couchage, leggings…). Notre agence nous en avait prêtés et ils nous ont beaucoup servis pendant la nuit.

Notre itinéraire

 

// Jour 1 : Nayapul -> Tikhedhungga (3h30)

Etape courte mais compliquée du fait des sacs et de la chaleur (Elsa a beaucoup râlé). Mais nous nous sommes finalement habitués à marcher et à porter nos sacs à la fin de la journée.

// Jour 2 : Tikhedhungga -> Ghorepani (8h)

Etape la plus longue et la plus compliquée du trek. On a commencé la journée avec l’ascension de 3 500 marches raides sous le soleil (dénivelé de 1 300 m). La journée s’est poursuivie avec encore et toujours des marches toutefois un peu moins raides.

On a survécu tant bien que mal à cette journée, contents d’arriver à notre lodge qui nous offrait une vue magnifique sur les montagnes.

// Jour 3 : Ghorepani -> Tadapani (5h + 2h pour aller voir Poon Hill)

Réveil à 4h30 pour aller à Poon Hill (3 210 m) voir le lever du soleil (350 m de dénivelés en 45 minutes). Cette étape a été très très compliquée. Le froid, le sommeil et la raideur des escaliers n’aidant pas… Il y a eu beaucoup de “Oh la vache” de la part d’Elsa.

Arrivés en haut, nous avons pu voir un magnifique panorama sur les Annapurna, Vincent a mitraillé pendant plus d’une heure toutes les montagnes aux alentours. Le seul point négatif était le nombre important de touristes présents avec nous…

Après un petit déjeuner bien mérité, nous avons ensuite continué notre trek dans la “jungle” où nous avons croisé une centaine de collégiens faisant comme sortie scolaire un trek de 5 jours.

// Jour 4 : Tadapani -> Chhomrong (4h30)

Etape “facile” selon notre guide qui courrait devant mais nous avons un peu souffert à la fin du fait de la fatigue et du mal au dos. Nous avons été récompensés à l’arrivée au lodge avec une vue magnifique depuis notre chambre sur 2 sommets des Annapurna : Annapurna South (7 219 m) et Machapuchare (6 993 m).

// Jour 5 : Chhomrong -> Bamboo (4h)

Nous avons tenté de rejoindre le village Himalaya avant d’aller au camp de base des Annapurna (ABC). Notre état et la difficulté de l’étape ne nous ont pas permis d’aller jusqu’au bout et nous avons dû abandonner à Bamboo.

Vincent a pu profiter d’un remède local pour se remettre de son intoxication alimentaire de la veille : la soupe à l’ail. Elle permet apparemment de guérir tous les maux possibles : altitude, rhume, intoxication… Heureusement on avait une brosse à dent et un bon dentifrice sous la main pour éliminer ensuite l’haleine.

// Jour 6 : Bamboo -> Jhinu (5h)

Nous avons fait demi-tour ce jour là en reprenant le chemin de la veille. Nous avons terminé notre journée dans un village comportant une source chaude (Hot Spring) où nous avons pu nous relaxer une bière et un cidre à la main.

// Jour 7 : Jhinu -> Syauli Bhazar (4h)

Journée facile avec des passages plus ou moins plats, ce que notre guide appelait le “Nepali flat” (c’est quand même pas très plat..). Nous avons pu profiter de notre après-midi pour nous reposer et suivre un cours de cuisine improvisé avec la propriétaire du lodge.

// Jour 8 : Syauli Bhazar -> Nayapul (2h)

Fin du trek avec une marche de deux heures.

On est fiers de l’avoir fait et on va garder plein de souvenirs de ce trek mais on est quand même contents d’avoir fini, on va pouvoir soigner nos blessures et nous reposer…

Pour fêter la fin du trek on est allés se régaler dans la meilleure pizzeria de Pokhara pour changer un peu du riz et des nouilles !

En conclusion

Si vous voulez améliorer votre cardio, perdre du poids, vous faire des fesses en béton et voir des paysages magnifiques n’hésitez pas une seconde et foncez faire un trek au Népal ! On vous recommande d’ailleurs de vous renseigner auprès de l’agence que nous avons choisie : “Outfitter Népal” à Thamel (Katmandou). 

Nous sommes maintenant à Pokhara où nous allons rester 5 jours pour nous reposer, visiter la ville et profiter du lac et de tous les restaurants et bars !

7 réponses sur “Trek de l’Annapurna Base Camp”

  1. Un grand bravo les amis !!!!!

    1. On peut savoir qui a lu le bouquin ? Muahaha
    2. Des valises à roulettes sur le dos de porteurs : WTF ??????
    3. Trouver du cidre au Népal : la classe Zazou ! 🙂

  2. Merci pour toutes les nouvelles, infos pratiques et commentaires à chaud sans (trop!) de filtre. Votre récit et vos photos nous font vivre aussi un peu ce que vous vivez. En tout cas nous suivons votre périple à la lettre (près) et apprécions beaucoup votre enthousiasme. Peu importe si vous n’avez pas pu rejoindre le camp de base. Ce qui est le plus important c’est de pouvoir s’imprégner de toute la beauté du monde qui vous entoure. Nous espérons que malgré l’altitude vous avez pu vous reposer et dormir la nuit. Après toute ce que vous allez vivre, vous allez pouvoir participer à Koh lanta.
    Bises et à bientôt de vous lire

    Christian et Catherine

    A lyon, il pleut et il fait froid. Rien à regretter de ce côté

  3. Super reportage à chaud que nous suivons avec assiduité … nous espérons que vous avez gardé la recette de la soupe à l’ail !!! bises. Philippe & Amelia

Laisser un commentaire